Alain Doret | F3D exposition

Alain Doret

Alain Doret est peintre

Depuis 2010, il enseigne à l’École Nationale Supérieure d’Art de Limoges

C’est à l’école d’art dans les années 1990, qu’il oriente ses recherches vers la peinture abstraite, pour se concentrer sur les questions de la forme, la couleur et la matière. Après avoir expérimenté certaines méthodes graphiques qui pourraient lui permettre de créer des dessins de formes possibles, il comprend qu’il souhaite avoir une réelle distance avec la forme réalisée, qu’elle n’évoque pour lui aucun souvenir ou expériences particulières afin d’être totalement impliqué dans l’acte de faire, rester ouvert et attentif aux phénomènes plastiques. C’est par l’intermédiaire d’un ami qu’il trouve la solution au moment où celui-ci lui confie un document italien sur des joints d’étanchéité : un catalogue de petites formes noires. A partir de ce catalogue de pièces mécaniques produites industriellement, Alain Doret va constituer un répertoire qu’il va nommer « F3D ». Cette sensibilité à la forme technique, au graphisme, à l’architecture n’est pas sans lien avec les études qu’il a effectué dans le Génie Civil.

La particularité de ces Formes en 3 Dimensions est qu’elles n’ont pas d’histoires. On peut les comparer à des espaces vides que l’esprit peut pénétrer, elles sont ce que disait Picasso un jeu de l’esprit, c’est-à-dire qu’elles laissent, tant pour le créateur que pour le regardeur, la possibilité de penser une forme, de la voir telle qu’en elle-même mais aussi de créer d’autres liens.

Depuis une vingtaine d’années, les F3D sont devenues un moyen, un outil pouvant fabriquer, créer, utiliser des espaces dans lesquels elles évoluent : objets, sculptures, peintures, installations, dessins, vidéo… Suivant les appropriations respectives, elles questionnent l’ornement, la peinture d’histoire, l’architecture, l’exposition, l’espace public, …

Elles sont des schèmes qui permettent d’interroger le processus de création, la place de la peinture et l’acte de peindre aujourd’hui.

Alain Doret fait une analogie entre les F3D et les facultés humaines à représenter, il considère les F3D comme des métaphores, permettant une fusion entre le sensible et l’intellect mais aussi rendant compte d’une démarche et d’une attitude résolument ouverte pour une meilleure compréhension de nous-mêmes et de notre présence au monde. « Des formes qui peuvent relier l’intérieur et l’extérieur, un véhicule facilitant les déplacements, pour passer d’un monde à l’autre, du fini vers le désir d’infini. »

Il est associé en tant qu’artiste à la structure « La collection d’Ana D. » (architecture(s) et images en mouvement). Après un parcours dans le Génie civil, il poursuit ses études en école d’art. Après l’obtention du DNSEP option art, il effectue une résidence à Fontenay-le-Comte. Depuis, il a réalisé des projets dans le cadre des 1% artistiques, à l’IUT technologique du Limousin, Limoges ; à la Crèche municipale de Bon-Encontre prés d’Agen ; à la Médiathèque Markoff à Nexon en Haute-Vienne. Une commande publique de la Ville D’Issoudun en région Centre, une peinture murale sur le château d’eau de la ville. Il expose régulièrement son travail : Les mécaniques du dessin ainsi que Electro Geo au FRAC Limousin; F3D au Centre d’art contemporain de la Rochelle ; Rouler les mécaniques au Frac Poitou-Charentes ; au Salon de Montrouge, Paris ; L’architecture comme muse, galerie CAUE, Collection FRAC Limousin, Limoges…

Tout savoir sur le travail d’Alain DORET

 

ACTUALITÉ

No Limit n°12 « L’oeil du poisson », une exposition d’Alain Doret

Du 23 septembre 2016 au 21 janvier 2017, Alain Doret, artiste, enseignant à l’ENSA Limoges, expose à La Vigie, Art contemporain à Nîmes. Vernissage 23 septembre 2016 à partir de 18h30.

Exposition Alain Doret | La Vigie | Nîmes

Tout au long des quatre étages de La Vigie le travail d’Alain Doret se déploie, nous présentant le constant va et vient entre ses formes ambigües potentiellement abstraites mais fortes d’évocations contenues, se prêtant au jeu de la forme sur un fond et de la couleur, et leur mise en perspective très variée dans des tableaux, installations, objets, vidéos, dessins… questionnant tour à tour les grands pans de l’art, peinture d’histoire, architecture, décor, … et, comme présentée ici, la question de l’exposition et du « voir ».
Cette exposition devient alors prétexte pour jouer avec notre perception et mettre en place différents systèmes et dispositifs questionnant notre déambulation dans l’espace, éprouvant ainsi  différentes façons de nous donner à voir les oeuvres tout en nous offrant de possibles espaces d’interaction.

Télécharger le communiqué de presse

 

signature_ensaENSA LIMOGES | Campus de Vanteaux | 19, avenue Martin Luther King | B.P. 73824 | 87038 LIMOGES CEDEX 01 | 05 55 43 14 00