Les éditions numériques de l'ENSA Limoges

Les éditions numériques de l’ENSA

Chaque année, l’Ensa Limoges organise deux à trois sessions de Journées d’étude convoquant des chercheurs et spécialistes à intervenir sur des questions et dans des domaines traitant de l’art, de l’esthétique, de la philosophie et des techniques, ou encore des mouvements littéraires et intellectuels. Ces journées, ouvertes au public, sont plus spécifiquement destinées aux étudiants de l’Ensa et aux jeunes chercheurs en sciences humaines.
En 2016, l’Ensa Limoges a mis en place une politique éditoriale visant à faire connaître et à diffuser au niveau national et international les actions et initiatives qu’elle met en œuvre en termes de recherche. Elle a entrepris la publication de ses Journées d’étude en coédition avec Naima, éditeur numérique spécialisé dans l’art contemporain. Ensemble, l’Ensa et l’éditeur ont conçu une collection d’ouvrages vivants, engagés et précis, que leur interactivité inscrit dans les méthodes de recherche actuelles. Vendus 2,99 €, transportables et lisibles sur ordinateur, tablette et smartphone, ces livres sont destinés à tout public désireux de s’initier à un sujet ou de l’approfondir. Organisées à Limoges, ces journées d’étude vont désormais circuler sous forme de livres numériques dans les bibliothèques, les réseaux de l’art contemporain, les écoles d’art, mais aussi chez les particuliers, qui pourront les feuilleter et les acheter en ligne.

 

Les éditions numériques de l’ENSA, éditées par Naima

 

Céramique et espace urbain

De la définition de l’espace urbain aux modalités d’intervention du médium céramique
Sous la direction scientifique de Christian Garcelon, contributions de Maria G. Vitali-Volant, Germaine Auzemery-Clouteau, Rafaël Magrou, Philippe Blanchart, Marc Aurel, Christophe Mathieu, Indiana Collet-Barquero, Pierre Doze
Cet ouvrage est le condensé des réflexions et expériences réalisées à l’Ensa Limoges entre 2011 et 2014 autour de l’axe de recherche « céramique et espace urbain ». Les travaux se sont articulés entre colloque, ateliers des artistes du post-diplôme « kaolin » et projet de réalisation de mobilier urbain avec l’intervention d’Andrea Branzi. L’ouvrage retrace les contributions au colloque « De la définition de l’espace urbain aux modalités d’intervention du médium céramique » et éclaire les expériences pratiques réalisées.

Cet ensemble d’écrits s’inscrit dans une réflexion plus large sur les frontières entre art, architecture, design et savoir-faire.

feuilleter quelques extraitsacquérir l’ouvrage numérique

 

Arts et techniques, vol.1

Ce premier volet des Journées d’étude « Arts et techniques » de l’École nationale supérieure d’art de Limoges pointe les bouleversements induits par l’apparition de nouvelles techniques dans les champs de la création artistique, scientifique ou technique.

C’est une occasion de rappeler, assez fermement, que la question des techniques ne se situe pas seulement du côté du patrimoine ou d’une démarche conservatoire. Elle opère aussi des ouvertures, évolutions ou révolutions dont l’artiste, l’écrivain, l’architecte et le designer se saisissent, informant par là même le scientifique dans des allers et retours féconds où l’usage, la monstration, la conservation transforment les rapports possibles aux techniques.

feuilleter quelques extraitsacquérir l’ouvrage numérique

 

 

Arts et techniques, vol.2

Du savoir à l’usage, séquences et organisation de la production entre arts et techniques.

Cette seconde édition des journées d’étude « Arts et techniques » de l’Ensa Limoges vise à poser des axes de réflexion gravitant autour de la question technique.

« Si l’on considère les technologies du numérique, c’est peut-être du côté de la notion d’interface que le geste a le plus d’avenir. » Patricia Ribault

Cette seconde édition des Journées d’étude « Arts et techniques » de l’Ensa Limoges vise à poser des axes de réflexion gravitant autour de la question technique.
Qu’elle soit liée aux domaines de la philosophie, de l’ethnologie, de l’histoire ou de la production, la technique engage une réflexion qui interroge les rôles ou les positions respectives et mouvantes qui pourraient ou peuvent rapprocher scientifiques, artistes et chercheurs. C’est l’occasion de rappeler que la question se situe du côté d’une ouverture, d’évolutions ou de révolutions dont l’artiste, l’écrivain, l’architecte et le designer se saisissent pour enrichir leurs pratiques.

feuilleter quelques extraitsacquérir l’ouvrage numérique

 

Industries culturelles, travail et création

« Les œuvres d’art sont ascétiques et sans pudeur, l’industrie culturelle est pornographique et prude », disent en 1944 Horkheimer et Adorno dans La Dialectique de la raison. Dès le milieu du XXe siècle, la production culturelle a pris la forme de l’industrie, de la division du travail, du marketing et du commerce, et ce phénomène rétroagit sur le contenu des œuvres, produisant une sensibilité standardisée, voire de nouvelles formes d’aliénation. Aujourd’hui, on nomme industries culturelles un secteur économique incluant les institutions publiques aussi bien que des organismes privés qui produisent et diffusent. Et, si l’on sait que la production artistique ou intellectuelle fréquente depuis longtemps les processus de production capitaliste de type industriel ou y a été incluse, il convient de nous tourner vers des penseurs qui ont analysé cette société ou examinent ces théories en regard de la situation contemporaine.

feuilleter quelques extraitsacquérir l’ouvrage numérique

 

 

Pendant et après Foucault

Michel Foucault est l’une des dernières figures en France de l’intellectuel engagé. Joignant dans une même démarche l’activité théorique et l’activité militante en une sorte de théorie et pratique politique, travaillant l’histoire et les catégories des historiens, la philosophie et les philosophes, du côté de la pensée structurale, Foucault propose une œuvre qui de l’Histoire de la folie au Pouvoir psychiatrique, de Surveiller et punir au biopouvoir engage toujours, en toute occasion, une archéologie du savoir. Les mots… et les choses. Il y a, dans les modes d’engagement et la profondeur des interventions publiques du titulaire de la chaire d’Histoire des systèmes de pensée du Collège de France, une épaisseur et une bienveillance dont ces Journées d’étude veulent rendre compte. Il y a aussi, du coup, un après-Foucault, avec ceux qui à sa suite veulent penser à leur tour l’importance de la « volonté de savoir » en termes critiques et bienveillants, et l’étude de la réception de Foucault comme nécessaire à sa compréhension.

feuilleter quelques extraitsacquérir l’ouvrage numérique

 

 

Voir le dépliant de présentation des Journées d’étude | éditions numériques

Consulter les éditions numériques disponibles sur le site de
Naima | Digital Art Publishing

 

= = = = = = = = = = = = = = = = = = =

Colophon

• Responsable de la publication : Jeanne Gailhoustet, directrice de l’Ensa Limoges • Direction de la publication et de la programmation : Geneviève Vergé-Beaudou • Production et coordination recherche : UE de sciences humaines • Conception éditoriale : Magali Brénon et Julien Bézille • Conception graphique : Julie Rousset •  Retranscription : Stéphanie Geel •  Captation et site internet : Josette Soury-Zat et étudiants années 3 et 4 options Art et Design

Publication avec le concours de l’État – Ministère de la Culture et de la Communication – direction régionale des affaires culturelles Nouvelle-Aquitaine

Coédition Ensa Limoges / Naima, 2017

 

 

 


signature_ensaENSA LIMOGES | Campus de Vanteaux | 19, avenue Martin Luther King | B.P. 73824 | 87038 LIMOGES CEDEX 01 | 05 55 43 14 00