Visuel de l'exposition "égalité, mon oeil !"

Expositions 2016-2017

« Égalité, mon œil ! »

Aujourd’hui, les femmes sont sous représentées sur la scène graphique française et internationale, et ce malgré une présence majoritairement féminine dans les écoles d’art et de graphisme. Combien de directrices artistiques, de commandes publiques confiées à des femmes, de femmes graphistes sélectionnées dans les biennales ou exposées dans les lieux consacrés ?
Cette situation n’est pas différente de celle qui prévaut dans les autres secteurs de la culture (combien de cheffes d’orchestre, d’artistes exposées dans les musées, de metteuses en scène ?) et de l’économie (combien de dirigeantes d’entreprises, etc.), comme dans toute la société.
Si les femmes sont omniprésentes, à travers des représentations stéréotypées et sexistes, sur les images publicitaires qui nous sont données à  voir quotidiennement, elles sont moins nombreuses à créer les images qui constituent notre environnement visuel.
Les affiches rassemblées dans cette exposition, produites par une pluralité d’acteurs rendent compte de la diversité des enjeux féministes contemporains : inégalité au travail, dans les sphères publiques ou privées, maîtrise de son corps, violences… Elles ont été conçues par des femmes et des hommes : autour de ces enjeux, l’implication de toutes et tous est requise.
 
Commissariat et conception de l’exposition : Valérie Debure, Isabelle Jego, Alex Jordan, Laurent Klajnbaum, Guillaume Lanneau, André Lejarre, Sébastien Marchal et Vanessa Verillon.
 
Avec les affiches de (entre autres) : l’Atelier de création graphique – l’Atelier Appelle-moi Papa – Claude Baillargeon – Jan Bajtlik – Trix Barmettler – Laurence Barrey – Maïc Batmane – Michal Batory – Hélène Bernardat – Michel Bouvet – Eddy Brière – Roman Cieslewicz – Pascal Colrat – Yv Corbeil – Delluc – DEFMA – Dugudus – Stéphane Dupont – El Fantasma de Heredia – Anke Feuchtenberger – Laurianne Folinais – Formes vives – Förm – Sarah Fouquet – Vanina Gallo – Mariana Garcia – Christophe Gaudard – Les Graphistes associés – Grapus – Guerrilla Girls – Pop Ilke – Eva Kretschmer – Iga Kucharska – Marion Kueny – Anne-Marie Latrémolière – Alain Le Quernec – Annette Lenz – Lilith’s Revolution – Sebastian Lörscher – Luba Lukova – Alejandro Magallanes – Elsa Maillot – Sébastien Marchal – Pierre Mendell – François Miehe – Silke Muller – Emanuela Not – Nous Travaillons Ensemble – Annick Orliange – Ouf! atelier – Muriel Paris – Gérard Paris-Clavel – Anne Preiss – Michel Quarez – Carolina Rojas – Mowana Sabeh – Thierry Sarfis – Teresa Sdralevich – See Red Women’s Workshop – Klaus Staeck – Yoly Petra Stroeve- Jana Traboulsi – Un Mundo Feliz – Vanessa Vérillon et de l’association  Artemisia pour la promotion de la bande dessinée féminine avec des planches originales et le « Métro au féminin » de Sylvia Radelli, illustré par Chantal Montellier, d’autres nous rejoignent… 
 

Exposition « Égalité, mon œil ! »

80 affiches historiques sur les droits des femmes.
Exposition du 1er au 16 mars 2017 | ENSA Limoges
 
Ci-après, Valérie Debure, atelier Nous travaillons ensemble,
nous présente l’exposition « Égalité, mon œil ! »



 

Conférences en lien avec l’exposition :

  • Conférence de Valérie Debure, atelier Nous travaillons ensemble, le mardi 28 février 2017, suivie du vernissage de l’exposition
  • Conférence de Nicole Fernandez Ferrer, le mardi 4 avril.
 

First Central China International Ceramics Biennale

Henan Museum

Des travaux de cinq étudiants inscrits dans le labo de recherche, La Céramique Comme Expérience (CCE), ont été sélectionnés pour « Cont{r}act Earth », la première biennale internationale de céramique de Chine centrale (First Central China International Ceramics Biennale) au musée de Henan, Zhengzhou, Chine.

Marie Allo (Art), Chloé Andreutti (Design), Yisha Cai (Design), Laure Giraudaud (Design) et Inès Lavialle (Art) sont parties en Chine en décembre 2016 pour l’installation de leurs œuvres.

 

 

Les travaux sélectionnés inclus un triptyque en vidéo, un dessin mural, des pièces en terre imprimées en 3D et diverses formes hybrides en céramique et verre.

Les étudiants participeront également au colloque international organisé dans le cadre de cette Biennale et à une journée de visite des monuments et musées dans la région.

 

À LA BASE l’ornement est …

Une exposition de bijoux contemporains d’Elvire Blanc Briand, étudiante en 5è année mention design d’objet à l’ENSA Limoges, de Marine Chevanse, étudiante en 5è année option art-objet à l’atelier bijou à la HEAR/Strasbourg et d’Annie Wahlèn, diplômée du département bijou de l’Université de Saimaa à Imatra, Finlande.

Du 26 novembre au 4 décembre 2016 à LA BASE, 8 rue Adrien Dubouché à Limoges. 

Vernissage le 30 novembre à 18h30.

//
Elvire Blanc Briand, 
Limoges

« Sur place ou à emporter »
100 bracelets
porcelaine +++
2016

C’est un Parfait, non, plutôt un Paris-Brest, un Pithiviers, un Navarin, des Meringues bien croquantes et moelleuses avec le cœur qui colle au dents, un Clafoutis revu et corrigé ? une Fraisière ?  une Charlotte ?  Je n’ai pas vu d’Apfelstrudel ni de Cupcake ou si, peut-être,  là-bas, au fond à droite il me semble, oui… non, pas de Schwarzwälderkirschetore ou de Mille-feuilles mais – bien que ce ne soit pas ceux de Pont-Audemer ni de sa lointaine Réunion –  il y a peut-être des Mirlitons de Rouen. C’est en jouant à la pâtissière qu’Elvire se rattrape, en laissant libre court à sa fantaisie et son humour elle  dose ses ingrédients avec précision et minutie.
Invités autour d’une Conversation entre Croquembouche et ses Merveilleux et, bien que les Religieuses soient absentes, vous pouvez admirer religieusement les parfaits bracelets de la bijoutière qui s’étant peut-être trompée de crémerie, ne s’est pas trompée dans les mélanges subtilement dosés et prêts à être croqués à bras ouverts.

Monika Brugger, nov. 2016
enseignante à l’ENSA Limoges
et responsable de l’atelier POP bijou

//
Marine Chevanse, 
Strasbourg

« Paisaia »
Broches, tours de cou
papier, argent, fil, bois, ruban
2016

Marine interroge l’instant, l’imperceptible, l’invisible, et le vide apparent, des notions qui amènent à appréhender le réel autrement. Elle cherche à activer un espace de réflexion entre le bijou et le spectateur en questionnant le regard.
Les broches de Marine amorcent une série de pièces portée sur son propre ethnoscape, comme le définit l’anthropologue américain d’origine indienne Appaduraï. Le bijou comme une enquête. Elle invite le porteur à l’introspection en proposant un son, des vibrations optiques, une sensation qui émerveille, étonne ou attise une émotion instantanée.
Ses bijoux de papiers font référence à l’authenticité d’un paysage peuplé d’artifices. En effet nous sommes face à des livres vides d’ écriture où toutefois le récit est bien présent.

//
Annie Wahlèn, 
Suède

« Några försök att förlänga livet »
« Ou comment prolonger la vie »
porcelaine, savon, bois
2015

En observant la vie et l’humain, Annie a vu la douceur, la tristesse et la naïveté. Puis c’est la fragilité qui lui est apparue, soudainement.
Nous nous cassons, le corps casse, la vie casse. Annie tente de réparer les parties brisées, elle rassemble, avec maladresse ou grand soin, ces petits fragments pour qu’ils soient de nouveau et encore un. Elle choisit trois matériaux que nous touchons au quotidien : la porcelaine, le savon et le bois, familiers et  doux, rappelant les os, la graisse et les muscles.Raccommoder les morceaux c’est prolonger la vie.

 

 

Intérieur / Extérieur

Design d’objets de l’Ensa Limoges pour la marque Blossomup.

Exposition du 20 au 28 octobre 2016
à la Maison de l’architecture du Limousin,
75, bd Gambetta à Limoges.

Cette exposition est accompagnée d’une édition papier et d’une édition web, ci-dessous à disposition :

Consulter le catalogue de l'exposition

Inscrivant pleinement son enseignement et sa recherche dans sa région, L’Ensa Limoges construit ses projets en se confrontant à l’excellence des savoir-faire qui l’environnent. Le travail du cuir, les métiers de la teinture et du tissage, la tapisserie, la pratique millénaire des arts du feu avec l’émail puis la porcelaine font la réputation du Limousin, et portent la création artistique dans ce qu’elle a de plus novateur.
C’est ce que recherchent les étudiants venus suivre leurs études et passer leur DNAP ou DNSEP à l’Ensa Limoges. Soucieux de régénérer la création et de stimuler l’innovation à venir, les acteurs de la région sont heureux de les recevoir et de leur transmettre leurs connaissances et savoir-faire, car ils savent que les étudiants les partageront et les transmettront à leur tour.
C’est cette dynamique vertueuse, riche de sens et pleine d’exigence, qui a amené l’école à nouer un partenariat avec la marque Blossomup, spécialisée dans la découpe laser du métal.
Ainsi, les étudiants encadrés par Jeremy Edwards, designer et enseignant, ont mené une réflexion sur leur process industriel et créatif, en vue de la commercialisation des projets qui s’inscriront le mieux dans le catalogue de l’entreprise.
Tout comme mes confrères, je me réjouis que l’Ensa Limoges attire de plus en plus d’étudiants curieux de découvrir nos métiers et l’exigence qu’ils impliquent, et je suis fier des réalisations conçues dans le cadre de ce très beau projet en collaboration avec Blossomup.

Frédéric Bernardaud, président du conseil d’administration de l’Ensa Limoges

 

Le projet

L’École nationale supérieure d’art de Limoges a à coeur de développer les échanges avec les entreprises, afin de donner à ses étudiants l’opportunité de premières expériences avec des professionnels. C’est ainsi que l’Ensa a rencontré la marque Blossomup, spécialisée dans la production et la vente d’objets métalliques pour le jardin et la maison, installée à proximité de Limoges.
Dans le cadre de leur diplôme national d’arts plastiques (DNAP) et du partenariat noué entre l’école et Blossomup, les étudiants de 3e année Design avaient pour mission d’apporter à Blossomup
des idées visant à élargir sa gamme de produits. De son côté, Blossomup leur apporterait son savoir-faire technique et son outil industriel, alliés à sa connaissance du marché.
Selon un cahier des charges établi par la marque, chaque étudiant a conçu et développé jusqu’au prototypage un objet en métal pour l’intérieur ou l’extérieur. La réalisation du projet a donné lieu à des échanges continus entre l’école et la marque, sous forme d’exposés ou de visites à l’usine, permettant aux étudiants d’acquérir un savoir quant aux méthodes de fabrication, aux matériaux, aux techniques et technologies. Ils ont donc appréhendé un processus haute technologie et expérimenté différentes structures et différentes formes, tout en acquérant, en situation avec des partenaires professionnels, une méthodologie de la conception à la fabrication.
Travailler selon les contraintes d’un véritable cahier des charges tout en répondant aux besoins d’un véritable client, tel était le but de ce partenariat. Conçu en relation avec une entreprise locale, donc dans un souci de proximité et de circulation entre la créativité des étudiants et les moyens techniques de Blossomup, ce projet témoigne d’une implication mutuelle et d’une expérience positive. C’est pourquoi l’Ensa Limoges s’attache à multiplier ces partenariats, qui renforcent les liens entre l’école et les entreprises, mais aussi entre les étudiants, l’école et la région.
Parmi les projets présentés dans cette édition, cinq ont été sélectionnés pour intégrer la gamme de produits Blossomup, et seront édités. La jardinière Inarea de Manon Barthout, le tuteur Rama Florida de Fanny Cavan, le porte-pot Ring Pote de Nadja Milivinti-Gaujoux et le Jardin suspendu de Camille Reidt seront donc commercialisés. À ces quatre lauréates viendra s’adjoindre un lauréat, Clément Polteau, avec sa lampe Pleat light, lorsque la marque aura obtenu le droit de commercialiser des objets électriques.
Tous les objets produits sont exposés à la Maison de l’architecture du Limousin, 75, bd Gambetta à Limoges, du 20 au 28 octobre 2016. Dans ce contexte, on voit que les 18 étudiants ont envisagé leurs objets suivant diverses modalités. Le remède au manque d’espace en passe par l’organisation et le rangement évolutif ou modulable, toujours astucieux, fonctionnel et décoratif. Bien-être, atmosphère, paysage ou jeu avec les saisons en appellent à des décors végétalisants, des motifs organiques, des jeux de pliage ou d’emboîtements, en privilégiant une forme d’équilibre, d’esthétisme, et un certain pouvoir d’évocation. À poser, à fixer ou à suspendre, chacun de ces objets est tout à la fois destiné à se rendre utile et à poétiser le quotidien en invitant le végétal, la lumière ou le paysage à se tresser à eux comme autant de variations lumineuses, d’espaces verts miniatures, de jardins plus ou moins secrets, intérieurs ou extérieurs.

Jeremy Edwards, designer, enseignant à l’Ensa Limoges

Les objets

 
 

 

« Workshop lithographie Paul Cox »

Du 5 au 18 octobre 2016, à l’ENSA Limoges, vernissage le 5 octobre à 18h30.

Exposition “Workshop lithographie Paul Cox“

Cette exposition présente les travaux réalisés en lithographie lors des différentes sessions du workshop mené par Paul Cox avec un groupe d’étudiants et accompagnés de Roméo Julien. Au cours de trois semaines réparties sur l’année 2015-2016, les étudiants de l’Ensa Limoges, Anna Bourrec, Morgane Bel, Ting Hsuan Chung, Louis Desains, Cécile Lacouture et Hortense Vera-Parreau, ont travaillé dans le cadre de l’atelier lithographie du Musée du pays d’Ussel.
Jouant des surimpressions et des combinatoires que permet la technique lithographique, ils livrent ici leur vision poétique et allusive de choses vues dans les rues de la ville, dans les salles du musée, ou encore à la saboterie de Saint-Exupéry.

ENSA Limoges, en partenariat avec le Musée du pays d’Ussel, atelier de lithographie dirigé par l’artiste lithographe Patrick Sauvat.

Exposition « Workshop lithographie Paul Cox »

workshop_lithographie3

 

 

 

 

 

Photos : Morgane Bel et Roméo Julien

 

 

 

L’ENSA Limoges au Festival international de photographie de Pingyao (Chine)

Le partenariat avec la North University of China débute par un premier voyage pour 5 étudiants de l’ENSA, sous la direction pédagogique de Marie-Pierre Saunier.

Leur projet de travailler in situ, de choisir et de tirer les photos sur place aboutit à une exposition présentée lors du Festival international de photographie de Pingyao (Chine), du 21 au 25 Septembre 2016.

Une partie de ce travail, mené en collaboration avec 14 étudiants de la North University of China, sera présenté dans la rue, durant les journées du Festival.

Marie Pierre Saunier et les étudiants ont présenté l’ENSA Limoges lors de rencontres entre tous les intervenants internationaux de cette manifestation.

Les étudiants nouvellement inscrits en 3ème année : Emeline Cayet – Lupita Eveno – Thibaut Gibierge – Marion Le Lann –
Une étudiante nouvellement inscrite en 4ème année : Jeanne Cardinal

signature_ensaENSA LIMOGES | Campus de Vanteaux | 19, avenue Martin Luther King | B.P. 73824 | 87038 LIMOGES CEDEX 01 | 05 55 43 14 00